Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

108_2022_Giuliano Da Empoli_ Le mage du Kremlin.

La quat de couv.

On l’appelait le « mage du Kremlin ». L’énigmatique Vadim Baranov fut metteur en scène puis producteur d’émissions de télé-réalité avant de devenir l’éminence grise de Poutine, dit le Tsar. Après sa démission du poste de conseiller politique, les légendes sur son compte se multiplient, sans que nul puisse démêler le faux du vrai. Jusqu’à ce que, une nuit, il confie son histoire au narrateur de ce livre…
Ce récit nous plonge au cœur du pouvoir russe, où courtisans et oligarques se livrent une guerre de tous les instants. Et où Vadim, devenu le principal spin doctor du régime, transforme un pays entier en un théâtre politique, où il n’est d’autre réalité que l’accomplissement des souhaits du Tsar. Mais Vadim n’est pas un ambitieux comme les autres : entraîné dans les arcanes de plus en plus sombres du système qu’il a contribué à construire, ce poète égaré parmi les loups fera tout pour s’en sortir.
De la guerre en Tchétchénie à la crise ukrainienne, en passant par les Jeux olympiques de Sotchi, Le mage du Kremlin est le grand roman de la Russie contemporaine. Dévoilant les dessous de l’ère Poutine, il offre une sublime méditation sur le pouvoir.


 

Et aussi.

108_2022_Giuliano Da Empoli_ Le mage du Kremlin.
108_2022_Giuliano Da Empoli_ Le mage du Kremlin.

Du même auteur.

108_2022_Giuliano Da Empoli_ Le mage du Kremlin.

Extraits.

« La politique a un seul but : répondre aux terreurs de l’homme. C’est pourquoi au moment où l’État n’est plus capable de protéger les citoyens de la peur, le fondement même de son existence est remis en discussion. Quand, à l’automne 1999, la bataille du Caucase se déplace à Moscou, et que les immeubles de neuf étages commencent à s’effriter comme des châteaux de sable, le bon citoyen moscovite, déjà désorienté de son côté, voit pour la première fois face à lui le spectre de la guerre civile. L’anarchie, la dissolution, la mort. La terreur primordiale, que le démantèlement même de l’Union soviétique n’avait pas réussi à éveiller, commence à pénétrer les consciences. Qu’est-ce qui va m’arriver ? »

« Personnellement je suivais toutes ces élucubrations avec un certain détachement. Les vivants m'ont toujours moins intéressé que les morts. Je me sentais perdu dans le monde jusqu'au moment où j’ai découvert que je pouvais passer la plus grande partie de mon temps en leur compagnie plutôt que de m'embêter avec mes contemporains. »

« Oui. Voyez-vous, pour comprendre que Gorbatchev allait détruire l'Union soviétique, on n'avait pas besoin de l'écouter ; il suffisait de le regarder. Il montait à la tribune et on lui apportait immédiatement son verre de lait. Les gens n'en croyaient pas leurs yeux. Puis il doubla le prix de la vodka. Il voulait mettre tout le monde au lait. En Russie. Vous vous rendez compte ? Après on s’étonne que tout soit parti en vrille. »

 

A mon humble avis.

En un mot « BRILLANT ». Voici un roman qui ne peut pas laisser indifférent, où l'on plonge dans les arcanes du pouvoir russe avec un Tsar et sa cour. Mais c'est aussi une description intelligente et méticuleuse de la société russe. Bardée de fulgurantes et de pertinentes analyses, c'est un roman document que devrait lire certains de nos experts en politique. Dans la cour et dans le cœur du pouvoir le conseiller de Poutine nous emmène dans cette nouvelle Russie qui nous fait si peur (à juste raison). Les personnages sont décrits avec une certaine pertinence néanmoins tellement réaliste Limonov, Prigogine, Outkine et d'autres plus ou moins reluisants. C'est une démonstration magistrale de la fureur des hommes, de la folie du pouvoir et du délire de certains avec en prime une introspection dans la pensée Poutinienne qui permet d'entrevoir une Russie différente.
Quand l'Histoire est décryptée avec les yeux d'un Russe éminent stratège qui décortique les événements de façon subtile, de la guerre de Tchétchénie en passant par la guerre de Crimée et aussi la révolution orange vue coté russe, on voit bien que tout n'est pas noir ou blanc. Ce «roman» qui fut achevé un an avant l'envahissement de l'Ukraine sonne aussi comme une funeste prémonition.
Alors évidemment. À lire de suite …..

 

Tag(s) : #Lectures
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :